Histoire du Kangourou des Mathématiques

Au début des années 1980, Peter O'Holloran, professeur de mathématiques à Sydney, décide de créer un nouveau type de jeu dans les classes australiennes : un questionnaire à choix multiples, corrigé par ordinateur, auquel peuvent répondre des centaines de milliers de jeunes à la fois. Le succès de ce Concours National Mathématique Australien fut immense.

En 1991, deux professeurs français (André Deledicq et Jean Pierre Boudine) lancent le jeu en France, sur le modèle du concours australien. André Deledicq propose le nom de « Kangourou des mathématiques » en hommage aux amis australiens qui l'ont créé. La première édition réunit 120 000 collégiens. Le concours a été ensuite étendu aux écoliers et aux lycéens.

En Juin 1993, les organisateurs français du Kangourou proposent à leurs amis européens une rencontre. Ils invitent à Paris les professeurs responsables des compétitions de mathématiques des pays européens, impressionnés par le succès des participations au Concours Français Kangourou. Sept pays décident de se lancer dans l'aventure : Espagne, Biélorussie, Hongrie, Pologne, Pays-Bas, Roumanie et Russie. Le concours est déjà un grand succès en Mai 1994, puisque près de 600 000 jeunes y participent.

En Juin 1994, à Strasbourg, au Conseil de l'Europe, l'Assemblée Générale des représentants de 10 pays d'Europe crée l'Association « Kangourou sans Frontières » avec un bureau de six membres élus et des statuts déposés à Paris le 17 janvier 1995. La France assure, au départ de cette initiative de mondialisation, une assistance technique et financière aux journées de Strasbourg, Paris, Eindhoven et, à l'occasion, jusqu'en 2003.

A Eindhoven (décembre 1995) il est décidé d'instituer un concours commun pour le niveau « Cadet » (13-14 ans) : même type de concours (questionnaire à choix multiple), mêmes questions, même jour, même horaire, un « prix pour tous » à chaque participant permettant une diffusion massive de culture mathématique. Chaque pays conserve son organisation et ses prix, sans comparaison des résultats d'un pays à un autre.

A Torun (Novembre 1996) tous les sujets pour tous les niveaux deviennent communs à tous les pays membres. Et à Budapest (octobre 1997), les 21 pays représentés adoptent la « Charte du Kangourou » le règlement intérieur définitif fixant, avec précision les règles auxquelles les pays membres décident d'adhérer.

Depuis 1995, l'assemblée générale annuelle de l'association a lieu dans un pays différent, en octobre ou novembre : les sujets du concours de l'année suivante y sont choisis, les documents et prix y sont échangés, les rencontres d'été y sont programmées.


KSF Paris KSF Paris

Journées de Paris 2003 : reçus par le Maire de Paris dans les salons de l'Hôtel de Ville, les représentants des pays membres de Kangourou Sans Frontières sont accueillis par le doyen de l'Inspection Générale de Mathématiques au nom du Ministre de l'Education Nationale, qui parrainait cette rencontre.


Carpates Chambord

Tous les étés, un millier de lauréats se retrouvent dans des séjours-rencontres passionnants, des Carpates aux châteaux de la Loire, en passant par les rives de la Mer Noire ou le Lac Balaton.


Deledicq et Bass

Inséparable de ses publications, le Kangourou s'est vu ainsi décerné par la Société Mathématique de France, le prix d'ALEMBERT en 1994, pour la meilleure œuvre de vulgarisation des mathématiques. Pour le Kangourou et sa « contribution éminente à l'enrichissement de l'enseignement des mathématiques », André Deledicq a reçu, en juillet 2004 à Copenhague, lors du Congrès International pour l'Enseignement des Mathématiques, le prix ERDÖS décerné tous les deux ans par la World Federation of National Mathematics Competitions.

André Deledicq reçoit son prix des mains du Professeur Hyman Bass, Président de la CIEM, à Copenhague le mardi 6 Juillet 2004.