Histoire du Kangourou

La naissance du Kangourou (1991-1994)

Rendre les mathématiques attrayantes pour les apprenants est un défi. Partout dans le monde, des professionnels qui enseignent les mathématiques et qui réalisent son importance pour d'autres domaines de la connaissance et pour la vie quotidienne, visent à accroître l'enthousiasme pour cet apprentissage. Dans ce contexte, quelques mathématiciens australiens ont eu l'idée d'organiser un concours qui souligne la joie des mathématiques et encourage la résolution de problèmes mathématiques. Un concours à choix multiples a été créé, qui se déroule en Australie depuis 1978. Quelques années plus tard, déjà 80 % des écoles participaient à l’Australian Mathematics Competition.

Simultanément en France, tout comme dans le monde entier, naissait un grand mouvement pour la popularisation des mathématiques. L'idée d'un concours à choix multiples germe alors chez deux professeurs français, André Deledicq et Jean-Pierre Boudine, qui ont rendu visite à leurs collègues australiens Peter O’Holloran et Peter Taylor et y ont assisté à leur concours. En 1990, ils décident de lancer un jeu-concours en France sous le nom de Kangourou des Mathématiques, afin de rendre hommage à leurs collègues australiens. La particularité de ce jeu-concours est la volonté de distribution massive de documentation, en offrant un cadeau à chaque participant (livres, petits jeux, objets ludiques, voyages scientifiques et culturels). Le premier jeu-concours Kangourou a lieu le 15 mai 1991. Ayant été immédiatement couronné de succès, peu de temps après, ils en ont répandu l'idée en Europe.

En mai 1993, trois équipes d’enseignants, à savoir de la Roumanie, Pologne et Bulgarie, ont participé au Kangourou avec la France. Puis, le Kangourou des Mathématiques a invité des mathématiciens et des organisateurs de concours de plusieurs pays européens. Tous furent impressionnés par le nombre croissant de participants au jeu-concours Kangourou en France: 120 000 en 1991, 300 000 en 1992, un demi-million en 1993. Dans sept pays – Biélorussie, Hongrie, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Russie et Espagne – des équipes de professeurs décidèrent d'organiser également le jeu-concours en 1994. Ce fut un grand succès dans tous ces pays. Un concours international promouvant la diffusion de la culture mathématique de base était né.

La famille Kangourou (1994-1999)

En juin 1994, des professeurs de dix pays se sont réunis à Strasbourg (France) et ont fondé l'association Kangourou Sans Frontières (AKSF) dont les statuts ont été enregistrés à Paris le 17 janvier 1995. André Deledicq a été élu président de l'association. L'idée de faire du jeu-concours Kangourou un événement commun au plus grand nombre de pays possible, sa préparation intensive, y compris le soutien financier pendant les premières années, est d'abord et avant tout le mérite des organisateurs français de Kangourou et notamment d'André Deledicq, Rachel Hebenstreit et Claude Deschamps.

Le Conseil d'Administration aux débuts de l'association Kangourou Sans Frontières

En 1995, les problèmes du prochain jeu-concours ont, pour la première fois, été débattus dans des groupes de travail internationaux. Ces groupes se sont réunis à Paris (France), Eindhoven (Pays-Bas) et Toruń (Pologne). Il a été décidé que les problèmes posés dans tous les pays participants devaient être essentiellement les mêmes et que le jeu-concours devait avoir lieu le même jour. En 1996, plus d'un million d'élèves de dix-sept pays ont participé au Kangourou, dont 620 000 en France.

En décembre 1996, tous les groupes de travail se sont réunis à Toruń (Pologne). C'était la première réunion de ce genre. Néanmoins, elle a été appelée la 4e Réunion Annuelle, prenant en considération les trois réunions susmentionnées en 1995. Au cours de cette réunion, les pays participants se sont mis d'accord sur plusieurs règles et directives et les ont incluses dans les Statuts et le Règlement Intérieur. Quant aux langues parlées lors de la réunion, deux langues – l'anglais et le français – sont devenues les langues officielles de l'association Kangourou Sans Frontières.

Au cours des années suivantes, de nombreux autres pays ont demandé à participer au jeu-concours Kangourou. En 1997, lors de la 5e Réunion Annuelle à Budapest (Hongrie), des représentants de vingt pays étaient déjà présents. En 1998, les représentants suivants, ensemble avec André Deledicq, faisaient partie du Conseil d'Administration de l'association: Francisco Bellot Rosado (Espagne), Claude Deschamps (France), Paweł Jarek (Pologne), Gregor Dolinar (Slovénie) et Jan Donkers (Pays-Bas). En 1999, lors de la 7e réunion à Valladolid (Espagne), le Mexique a été le premier pays non européen à devenir membre de l'association Kangourou Sans Frontières.

Lors des Assemblées Annuelles, chaque membre présentait comment il avait organisé le jeu-concours. Il y avait un échange actif d'idées concernant la publicité, les questions d'organisation, les prix, la conception des certificats, les événements pour célébrer les participants ayant le mieux réussi ainsi que les bonnes pratiques de travail avec les ministères, les institutions nationales et les sponsors. Beaucoup de matériaux étaient échangés. Des camps d'été mathématiques nationaux et internationaux se développaient, permettant la connaissance entre jeunes de différents pays. Pendant et entre les Assemblées Annuelles, une atmosphère chaleureuse se développait, avec beaucoup de coopération et de soutien mutuel. La «famille Kangourou» a vu le jour.

La famille Kangourou à la 7e réunion annuelle à Valladolid (Espagne)

L'expansion de Kangourou (2000-2010)

Au cours de la première décennie du 21e siècle, Kangourou s'est rapidement développé. Le nombre de pays participants a doublé, passant d'environ 25 à 50. Le nombre de participants a triplé, passant d'environ deux millions à six millions d'élèves. Compte tenu de l'objectif principal de l'association, c’est à dire la diffusion mondiale de la culture mathématique de base, cette expansion a été très favorable. D'un autre côté, cela a également conduit à un certain nombre de défis organisationnels.

En conséquence, l'organisation de la Réunion Annuelle et son financement ont été confiés au pays hôte, moyennant des frais de participation limités des participants. Les pays accueillant la réunion de l'année précédente, de l'année en cours et de l'année à venir devenaient membres d'office du Conseil d’Administration.

La numérisation croissante a permis de sélectionner plus efficacement les problèmes. Lors de la 17e Réunion Annuelle à Minsk (Biélorussie) en 2009, pour la première fois tous les problèmes proposés étaient disponibles dans une base de données. Immédiatement après, Matjaž Željko (Slovénie) a construit un site web interne et une base de données pour organiser le processus de sélection, y compris l'évaluation avant la réunion et le travail pendant la réunion. Cette base de données est devenue un outil indispensable pour maintenir la qualité du jeu-concours.

En 2003, le Kazakhstan a été le premier pays du continent asiatique à devenir membre de la famille Kangourou. Quelques années plus tard, Kangourou a accueilli la Tunisie comme premier pays africain.

Pour sa contribution importante au jeu-concours Kangourou dans l'enseignement des mathématiques et pour son grand engagement personnel, André Deledicq a reçu le prix Erdös, prix biennal décerné par la World Federation of National Mathematics Competitions, lors du International Symposium for Mathematics Teaching, qui s'est tenu à Copenhague en juillet 2004.

André Deledicq reçoit le prix Erdös du professeur Hyman Bass, à Copenhague le 6 juillet 2004.

La poursuite de la professionnalisation du Kangourou (2011-présent)

En 2010, Gregor Dolinar (Slovénie) a été élu deuxième président de l'association Kangourou Sans Frontières. L’Assemblée Générale a approuvé la proposition du nouveau président de nommer André Deledicq président honoraire de l’association.

La popularité mondiale du Kangourou a continué de croître au cours de la deuxième décennie du 21e siècle. Le nombre de participants est resté plutôt stable à quelques six millions, mais le nombre de pays participants a augmenté de 50 % au cours de cette période. Les défis liés au nombre croissant d'organisations nationales de Kangourou ont nécessité la poursuite de la professionnalisation du Kangourou.

Différentes procédures ont été affinées ou sont devenues plus formelles. Par exemple, la procédure d'admission des nouveaux membres a commencé en plusieurs étapes et les candidats ont été rigoureusement examinés. En 2013, des programmes d'études pour chaque catégorie ont été introduits. En 2017, les Statuts et le Règlement Interne modernisés ont été approuvés. Depuis 2018, les membres ne sont plus des personnes physiques mais des personnes morales.

En 2012, un sixième groupe de travail a été créé: depuis, le groupe Pré-écolier travaille sur la sélection des problèmes pour les plus jeunes (6 à 8 ans). Presque immédiatement après le début de cette catégorie, près d'un million d'enfants de plus de 50 pays ont participé à la catégorie Pré-écolier.

Depuis la 19e Réunion Annuelle à Bled (Slovénie) en 2011, les pays offrant le plus grand nombre de problèmes sélectionnés reçoivent un petit prix. Il en va de même pour les pays ayant le taux de réussite le plus élevé (le pourcentage le plus élevé de problèmes sélectionnés par rapport aux problèmes proposés). Comme prévu, ce petit concours contribue à la qualité des problèmes.

En 2019, Meike Akveld (Suisse) a été élue troisième présidente de l'association Kangourou Sans Frontières.

Les participants de la 27e Réunion Annuelle à Chicago (États-Unis)